Motus et bouche cousue

Encore une autre preuve que nous marchons vraiment sur la tête, on se dit toujours que ce n’est qu’un accident de parcours, que la prochaine fois.., mais inévitablement on revient au point de départ, le néant.
En effet en Algérie, il n’est pas bon de bien faire son travail en tant que directrice d’école ou simplement de citoyen(ne) d’ailleurs, c’est une histoire à dormir debout que je vais vous conter.
Cela se passe dans la région de Bouira, précisément à Ras Bouira, une directrice d’école fait l’objet d’un rapport de l’inspecteur de circonscription et elle doit donc comparaitre devant un conseil de discipline pour faute, on lui reproche entre autre de « ne pas avoir dénoncé les agissement contre nature d’un enseignant pédophile » (c’est le moins que l’on puisse dire).
La directrice nous a certifié avoir fait des rapport et agit dès qu’elle a eu vent des agissements de cet enseignant pédophile en fuite actuellement, tous ces rapports se trouvent à l’académie, il aura fallu 15 jours à l’académie pour faire comparaitre l’enseignant devant le conseil de discipline, et on se demande pourquoi cette dernière (l’académie) n’a pas prévenu la police pour l’arrestation du prévenue et une enquête approfondie.
Tout ceci ne m’étonne guère, il faut savoir que dans les pays musulmans, il n y a pas de dépravés sexuels, ces derniers ne sont l’apanage que de l’Europe des mécréants, chez nous tout va très bien, il ne faut pas alerter la population pour si peu.
D’autre part peut être que l’enseignant en question n’a fait qu’écouter les prêches dans les mosquées, certains imams ne se cachent pas pour affirmer et justifier le mariage de fillettes de 9 ans, je vous rassure de suite, ces imams ne passeront pas en conseil de discipline et encore moins en justice, car ils ne font que répéter ce qu’il y a d’écrit dans le coran, donc la justice divine est avec eux.
Quant à la citoyenne honnête qu’est cette directrice, heureusement que les enseignants de son établissement ainsi que les parents d’élèves la soutiennent, ils comptent organiser aujourd’hui un sit-in devant la wilaya et la direction de l’académie pour défendre celle qui a eu le courage de révéler au grand jour les agissement d’un pervers qui a traumatisé des élèves âgés à peine d’une dizaine d’années.