Allaghan : Pollution outrancière

Une décharge publique, à l’origine “contrôlée”, a rapidement pris les allures d’un dépotoir sauvage géant. Si bien qu’elle a largement débordé du périmètre sur une vaste étendue du lit majeur de l’Oued Sahel. La décharge est située à quelques encablures de la localité d’Aftis et à un jet de pierre du village Allaghan. Pour ne rien arranger, une sablière jouxtant la décharge rajoute une sacrée dose de poussière à un environnement déjà passablement souillé. Des citoyens poussent l’indélicatesse jusqu’à déposer leurs détritus sur les accotements mêmes de la route, qui s’en trouve jonchée d’immondices sur des dizaines de mètres, Le tri sélectif des déchets étant, sous nos latitudes, une notion abstraite, il n’est pas malaisé d’imaginer le spectacle lugubre qu’offre à la vue ces monticules d’ordures aux couleurs chamarrées, s’étendant à perte de vue. Mais, pire que tout cela, c’est l’action perverse de la combustion génératrice de fumée et de gaz toxiques, car, au final, ce procédé d’élimination des déchets par incinération génère plus de problèmes qu’il n’en résout.

Les volutes de fumées ballottées par les vents enveloppent l’atmosphère environnante et viennent incommoder les habitations d’Aftis et d’Allaghan toutes proches. Les riverains prennent de plein fouet cette fumée polluante pour la vue, mais surtout chargée de gaz volatiles et toxiques. Des gaz issus de la combustion des hydrocarbures composant les matières plastiques, omniprésentes sur le site de la décharge.

N. Maouche (La Dépêche de Kabylie)