Histoire

La préhistoire

L’Algérie a été peuplée, dès l’aube des temps. Les vestiges de la présence humaine en Algérie remontent à 400000 ans, âge attribué aux restes de « l’Atlanthrope », découverts dans les sédiments du lac préhistorique Ternifine, en Oranie.
L’Atlanthrope était un contemporain, et un parent, du Simanthrope et du Pithécanthrope de Java. Des ossements ont été retrouvés au milieu des outils de pierre taillée qu’il fabriquait. Des outils du même type ont été retrouvés sur d’autres sites attestant la présence de l’homme primitif.
A cette époque, l’Algérie était peuplée d’éléphants dont certaines espèces se maintiendront jusqu’à l’époque historique, mais aussi des rhinocéros, de phaccochères, d’hippopotames, de girafes, de bubales… « Ce sont les rives du Tchad et du Zambèze, transportées dans le Maghreb et au coeur du Sahara, c’est un paysage de savanes tropicales, d’oueds pérennes, de lacs et de marais dans lesquels se déroulent les civilisations du paléolithique inférieur ».
La civilisation Atérienne, dont le centre d’épanouissement est le site de Bir-El-Ater, au sud de Tebessa, constitue une autre civilisation reliée à l’ensemble moustérien (paléolithique moyen). La civilisation Capsienne se situe aux environs du VIIème millénaire avant notre ère. Les capsiens sont les premiers hommes de notre espèce qui se soient manifestés an Afrique du Nord.
Ce type d’Homo-Sapiens vivait dans des campements faits de huttes et de branchages. Partis du sud contantinois, les Capsiens, suivent la ligne des chotts, et se répandent dans l’ensemble du Maghreb. Ils peuvent être considérés comme les ancêtres des Numides, mais ils ne franchiront pas l’Atlas Tellien.
La côte était occupée à cette époque par des Ibéromaurissiens, apparentés au type Cromagnon. Malgré leur faible niveau de culture, ils s’adaptèrent à la civilisation néolithique comme les Capsiens. Progressivement refoulés, ils se maintiennent pourtant jusqu’à l’époque historique. Les Capsiens, eux, adoptent les industries néolithiques et gardent leur forme de vie.
En Algérie, on assiste, d’une façon frappante, au voisinage immédiat de l’histoire et de la préhistoire. Hérodote et Saluste portent témoignage sur les formes maghrébines de la civilisation néolithique. Il faut souligner, que c’est au Sahara, que la civilisation néolithique devait connaître ses plus belles réussites.
Qu’il s’agisse de peintures du Tassili-N’Ajjers, et du Tassili du Hoggar, qu’il s’agisse de pierres taillées et polies, comme on peut en voir dans la magnifique collection du musée du Bardo, on découvre des oeuvres achevées d’une étonnante perfection technique.
Et les frques si importantes sur le plan documentaire, témoignent du goût artistique des Sahariens de la Préhistoire. Certaines pierres sculptées et lissées, qui représentent des animaux, bovidés ou gazelles, ont une puissance d’évocation étonnante.

L’Algérie antique

Carthage

A l’aube de l’histoire, l’Algérie, était peuplé par les Numides qui gardèrent, de la civilisation primitive, la famille Agnatique et l’Aguellid. Il est probable que c’est cette organisation sociale que trouvèrent les Carthaginois, à leur arrivée, au IX siècle avant J.C..
Les Phéniciens fondèrent Carthage vers l’année 814 avant J.C., et poussèrent leurs bateaux jusqu’en Espagne. Mais la côte africaine de la Méditerranée était très hostile : de nombreux récifs et de hauts-fonds rendaient la navigation très difficile.
Les plus téméraires évitaient de naviguer la nuit. La nécessité de ces haltes explique en partie la création de petits ports le long de la côte, tous les 30 à 40 km, distance équivalent à une journée de navigation. Ainsi furent fondés les fameux comptoirs phéniciens, qui jouèrent un rôle important dans le commerce et dans les échanges pendant l’Antiquité et au-delà.
D’est en ouest, la côte algérienne abritait des comptoirs qui sont devenus : Annaba, Skikda, Collo, Jijel, Bejaïa, Dellys, Alger, Tipaza, Cherchell, Tènes, Bettioua, Ghazaouet … comptoirs qui seront plus tard les assises des villes puniques, numides et romaines.
Carthage étend son influence sur les populations de l’intérieur, à travers les relations commerciales. Ainsi apparurent des villes, où l’influence punique est incontestable.

Tiddis

Petite ville numide, à 17 km de Cirta-Constantine, Tiddis recèle d’importants vestiges de cette période. Les fouilles archéologiques ont montré que Tiddis, tout au long de son histoire, a eu une vocation : la poterie.
On y a découvert un vaste quartier de potiers, dont les ateliers sont équipés de fours, de douves et la plus belle collection d’outils de toutes les époques, y compris l’époque punique. Les fouilles ont permis de découvrir des vases puniques et des lampes grecques du V siècle avant J.C..
Dans les tombeaux situés aux abords de la ville – les BAZINAS, sépultures très évoluées – on a trouvé des vases d’un aspect inconnu.
Il s’agit d’un décor peint, géométrique, avec des bandes d’oiseaux et des danseurs très stylisés. Bref, de la poterie Kabyle, telle qu’elle est fabriquée aujourd’hui encore par les femmes, sans tours, par des techniques immémoriales…
Tiddis renferme aussi des vestiges anciens, des DOLMENS, sur le versant occidental du plateau et, surplombant de part et d’autre le ravin de Kheneg s’élève une cinquantaine de Bazinas au pied de la montagne à l’est.

Cirta

Appelée SARIM BATIM par les Carthaginois CIRTA, recèle, en plus des restes des civilisations néolithiques comme la grotte de Bou-Zabaouine, d’importants vestiges de la civilisation punique, ainsi, la stèle d’EL HORFA, qui atteste le maintien des cultes puniques après la chute de Carthage.
On peut supposer que les populations de l’intérieur parlaient la langue punique, car Saint Augustin, quelques siècles plus tard, conseillait à ses prêtres d’apprendre le punique, avnt de se rendre dans les villes de l’intérieur et dans la campagne.
La civilisation carthaginoise, héllénisée pendant les derniers siècles de son existance, s’est répandue assez profondément dans le pays. Ses influences se retrouvent dans les traditions numides postérieures.

Hippone

Plus ancienne que Carthage, HIPPONE (Hippo-Regius) garde des vestiges impressionnants de cette période ; on suppose que sous les ruines de son passé romain se trouve une ville punique.
L’imposant mur préromain n’en est-il pas une preuve ? Hippo-Regius fut conquise par Gaia, père de Massinissa, qui en fit une des capitales de son royaume.

L’Algérie numide

Les royaumes numides

Alors que Carthage rayonnait de toute sa puissance, les Royaumes Numide de Gaia, Massinissa et Syphax, avaient atteint in degré de développement exceptionel sur les plans économique, social et culturel. Bien que peu, ou encore mal connu, cette période reste l’une des plus passionnantes de l’Histoire de l’Algérie.

Faute de repère plus préci, il faut remonter à l’histoire de Carthage pour accéder à la chronologie des Royaumes Numides. Selon la chronologie chrétienne, et les récits de Virgile dans l’Enéide, Elissa Didon, soeur de Pygmalion, roi de Tyr, fuyant l’oppression de son frère, débarqua avec ses trésors et une poignée de fidèles Tyriens et Chypriotes sur la côte africaine de Tunis, vers 860-870 avant Jésus Christ.

Entre le lac et les marais saumâtres, dans la péninsule formée par l’ancienne embouchure et les alluvions du fleuve Madjerda, elle fonda Carthage « Qart Hadast » (ville nouvelle). C’est aussi dans l’Enéide, que nous trouvons trace du premier personnage historique du territoire occupé par l’Algérie d’aujourd’hui, Hiarbas ou Iarbas, roi de Getulie, ancienne contrée de l’Afrique en bordure de l’Atlas Saharien.

Selon Virgile, Hiarbas, fils de Jupiter Amon et d’une nymphe, demanda à Didon de l’épouser. Ayant essuyé un refus, Hiarbas fit la guerre à Carthage. Justin, dans les histoires Philippiques, résumé de la grande histoire universelle, adaptée par Trogue Pompée d’une oeuvre grecque plus ancienne, nous présenta l’épisode ainsi : « Des envoyés de Hiarbas, chef de la tribu (Maxyés) arrivèrent à Cathage pour demander la main de Didon au nom de leur maître.

Mais ils n’osèrent pas brusquer les choses et cherchèrent un détour. Ils feignirent d’être en quête d’un prince qui consentît à enseigner à Hiarbas et à ses sujets les moyens de vivre d’une manière moins barbare » Hérodote, au V siècle avant J.C., nous a laissé un apeçu sur le cadre de vie et sur les habitudes des Numides : « A l’Est du fleuve Triton, vivent les Maxyès, peuple de laboureurs sédentaires possédant des maisons.

Selon la tradition, une moitié de leur tête est rasée, l’autre moitié arbore une longue chevelure ; ils se teignent le corps au henné. Ils prétendent descendre des Troyens. La région où ils vivent, montagneuse, plus boisée que le territoire des Nomades, plat et sablonneux, comme d’ailleurs le rste de la Lybie vers le Couchant, abonde en fauves et animaux sauvages de grande taille : lions, éléphants, ours, ânes cornés, bracochères, cinochéphales, serpents » Hérodote nous renseigne aussi sur l’organisation de l’agriculture et les hauts rendements agricoles de la région.

Il est difficile de déterminer avec exactitude l’origine des Numides, mais l’hypothèse de l’origine troyenne émise par les propos maxyès, est acceptable. Salluste affirme, par ailleurs, que les Massyles et les Massaéysyles auraient été amenés par Hercule, au cours de son périple vers l’Espagne.

Strabon confirme Salluste en ce qui concerne l’authenticité d’Hercule, ce fabuleux roi Assyrien, qui serait venu d’Asie avant Cyrus. Malgré l’ignorance profonde où nous nous trouvons en ce qui concerne la Numidie jusqu’au IV siècle avant J.C., tout laisse supposer que son développement a suivi le même itinéraire que celui des peuples méditérranéens.

Au plan politique, la Numidie connut des tribus indépendantes, des républiques villageoises, de vastes royqumes dotés d’un pouvoir fort qui s’est superposé qux structures tribales. Quand la Numidie réapparut au IVe siècle avant J.C., elle formait au couchant, le royaume des Massaeysiles limité par l’Ampsaga (Rhumel) à l’est et par la Moulouya à l’ouest, avec Siga pour capitale et le royaume des Massyles dans la partie orientale du Constantinois, avec Cirta pour capitale.

Hérodote rapporte que des relations commerciales se dévelppèrent très tôt entre Phéniciens et Numides, favorisant ainsi la pénétration de la langue et dela culture puniques assez profondément dans le pays. Les Numides apprirent des Phéniciens les procédés agricoles et industriels de la fabrication de l’huile d’olive et du vin, l’exploitation etle travail du cuivre.

L’influence culturelle, par contre, fut très li,itée et s’exerça essentiellement par l’inter,édiaire de Carthage; elle ne se manifesta de manière sûre que dans le domaine de l’art, dont nous retrouvons des exemples dans les grands médracens de l’Aurès et de Tipaza.

D’après Polybe, historien grec, né en 200 avant J.C. et connaisseur de l’Afrique pour y avoir séjourné longtemps, le premier roi des Massyles fut Navarase, beau-frère de Hannibal (247-183 avant J.C.) grand général et homme d’Etat carthaginois. Après la pre,ière guerre punique (264-241 avant J.C.) Carthage dut faire face à la guerre de mercenaires, et fut aidée par la cavalerie numide du prince Navarase.

Au cours des années qui suivirent cette guerre, la puissance carthaginoise s’affaiblit, ce qui permit au roi des Massyles, Gala, grandpère de Massinissa, d’entreprendre la conquête des villes côtières, dont Hippo-Régius, qui devint sa capitale. Il fut reçu triomphalement par la population qui chassa les Carthaginois.

Pendant la deuxième guerre punique (218-202) avant J.C.) Romains et Carthaginois se disputèrent avec acharnement l’alliance des royaumes numides. Alliée à Hannibal, la cavalerie numide se distingua brillamment. Elle parvint à envahir l’Iberia, la Gaule, traversant les Pyrénéees, puis lesAlpes, contribuant à remporter en 216 avant J.C. la bataille de Cannae, la plus célébre victoire des troupes de Hanninal, demeurée, à ce jour, dans les annales militaires, comme un exemple de stratégie et de tactique.

La résistance et la robustesse des montures et des cavaliers numides y jouèrent un rôle considérable. Ladeuxième guerre punique prendra fin avec la bataille de Zama. Cesont les troupes numides de Massinissa, rallié à Scipion, qui contrubuèrent à la défaite deCarthage, contrainte aolrs de reconnaître Massinissa comme roi de Numidie.

Au IIIe siècle avant J.C., la Numidie masséylienne était gouvernée par Syphax qui chercha à helléniser son pays, comme le faisaient à cette époque, les autres peuples de la Méditerranée. La guerre en Iberia achevée et dans la perspective de la guerre en Afrique, Carthaginois et Romains recherchèrent l’alliance du roi numide. Scipion décida alors de traverser le détroit de Gibraltar pour négoicer avec Lui.

D’après Tite-Live, alors que Scipion entrait au port, Hasdrubal y arrivait aussi. Ainsi, ces deux ennemis se retrouvaient-ils sur le territoire du prince numide flatté de voir les deux plus grandes puissances du monde venir solliciter, en même temps, son amitié.

Gaia

Pendant que Massinissa se trouvait en Ibéria, la Numidie était gouvernée par son père Gaia. A la mort de ce dernier, Carthaginois et Romains furent contraints de déplacer leurs centres d’intérêts vers l’Afrique.

Massinissa

La succesion au trône de Gaia se fit dans la guerre civile, au cours de laquelle l’héritier du trône, l’oncle de Massinissa fut assasiné par l’aventurier Macetulo, qui souleva le peuple et plaça sur le trône le jeune Lacumaces, tout en conservant le pouvoir.

Massinissa dut alors rentrer et affronter d’abord Lacumaces, puis les troupes de Macetulo renforcées par Syphax. Il vainquit Macetulo et récupéra le royaume de son père, alors que la lutte avec Syphax ne faisait que commencer. Celui-ci, poussé par Hasdrubal, attaqua et poursuivit Massinissa avec acharnement, l’obligeant à se replier dans les zones montagneuses sans pour autant arrêter les combats.

L’imminence de la guerre en Afrique se précisant, les deux monarques furent contraints de prendre position. Hasdrubal obligea Syphax, en le mariant à sa fille Siphonisba, à se ranger à ses côtés. Massinissa, pour sa part, afin de pouvoir récupérer le royaume de son père réduit par Syphax, se retrouva aux côtés de Scipion. Grâce à l’appui des Romains, en 203 avant J.C., il vainquit et fit prisonnier Syphax dont il épousa la femme : Sophonisba.

Scipion, craignant que Sophonisba ne poussât son mari vers le parti carthaginois, exigea qu’elle lui fût livrée. Mais Massinissa avait promis à Sophonisba de ne pas la remettre aux Romains et de lui procurer du poison si cette éventualité se confirmait.

Et il en fut ainsi. C’est à la fin de la deuxième guerre punique que Massinissa fut rétabli dans le royaume de ses pères. Le titre de roi de la Numidie dont il fut solennellement investi par le Sénat, le mit en mesure de récupérer des territoires depuis longtemps carthaginois, et de s’approprier des villes des Emporia.

L’opulente Leptis Magna fut du nombre des possessions carthaginoises récupérées par le roi numide. Soixante dix localités de la Zeugitanie faisant partie du territoire de Hippo-Regius et s’étendant jusqu’à la Tasca,, furent récupérées, ainsi que la région qui s’étend sur la rive droite du Madjerda.

Lors de son couronnement, Massinissa avait 36 ans. Né en 238 avant J.C., il régna pendant 54 ans jusqu’à sa mort en 148 avant J.C. Pendant son long règne, il entreprit la construction d’un état unifié et monarchique. D’abord il s’attacha à sédentariser les populations et transforma les pasteurs nomades en agriculteurs.

Il favorisa l’urbanisation de la Numidie, poussant les cultivateurs à former de gros bourgs, auxquels il donna une organisation semblable à celle des villes puniques. Massinisssa qui regardait avec intérêt l’Orient Grec, avait accepté la forme de civilisation que six siècles, placés sous l’influence de Carthage, elle-même hellénisée au cours des deux derniers siècles, avaient apportée aux élites Numides.

Il voulait éduquer son peuple selon les méthodes hellénistiques. Le projet politique le plus cher à Massinissa fut « L’UNIFICATION DE TOUS LES ROYAUMES NUMIDES » (L’Afrique du Nord), devenant ainsi l’Aguellid incontesté de son immense royaume. La récupération des terres ayant appartenu à ses ancêtres lui permit d’introduire de nouvelles méthodes dans des domaines aussi variés que l’agriculture, l’hydraulique et la culture en terrasses.

Massinissa fut probablement, le premier à introduire auprès des paysans le culte hellénistique de Déméter et de Coré. Pour mieux assurer sa puissance, il voulut diviniser la monarchie et établir le culte de la divinité royale. Après sa mort, un temple lui fut érigé à Dougga.

Au plan militaire, son pouvoir, aussi, fut considérable: il entretint une puissante armée et une flotte importante. Sur le plan économique, la Numidie occupa, pendant son règne, une place prépondérante dans l’économie mondiale de l’époque. Sa gestion fit de son pays un Etat très prospère qui commerçait avec la Grèce et Rome.

Cirta en fut la capitale. Dans son oeuvre d’unification, il empiéta sur le domaine de Carthage, qui lui déclara la guerre. Massinissa en sortit vainqueur. La puissance grandissante de Massinissa en Afrique inquiéta Rome, au point qu’en déclarant la guerre à Carthage en 149 avant J.C. (troisème guerre punique), elle visait aussi Massinissa.

En détruisant Carthage en 146 avant J.C. et en créant la pre,ière colonie romaine en Afrique, Rome mettait une limite à l’extension territoriale de la Numidie et au renforcement de son pouvoir économique et Politique. Le grand Aguellid mourut à ce moment-là sans avoir pu mesurer les conséquences de la chute de Carthage et imposer la primogeniture comme règle de succession, négligence qui engendra de graves conséquences.

A sa mort, son royaume fut partagé entre ses trois fils: Micipsa père de Hiempsal I et d’Adherbal, Manastebal père de Jugurtha et de Gauda, et Gulussa père de Hiempsal II dont la descendance assurera la lignée des derniers rois numides.

Micipsa

Après la mort de Manastebal et de Gulussa, Micipsa hérita du royaume et régna pendant 30 ans (148-118 avant J.C.) Micipsa continua l’oeuvre de son père, embellit la capitale et attira vers la Numidie des Grecs cultivés pour propager, à trqvers le pays, les arts et la culture.

La puissance de la Numidie unifiée inquiéta Rome, qui accentua la pénétration et obligea Micipsa à partager le royaume en indivis entre ses deux fils Hiempsal I et Adherbal et son neveu Jugurtha.

La guerre de Jugurtha

Rome aurait-elle pu deviner que ce partage susciterait une guerre après la chute de l’invincible Carthage? La Numidie se soulèvera violemment et Rome aura, en Jugurtha, un ennemi aussi redoutable que Hannibal. En effet, le partage de la Numidie imposé par Rome marqua le début de la lutte de Jugurtha pour conserver l’unité de sa patrie.

En 116 avant J.C., il s’empara de toute la Numidie et dut éliminer Hiempsal. En 112 avant J.C., Cirta; principauté de Adherbal, tomba après le siège qui finit par le massacre de ses défenseurs et des marchands romains. Rome lui déclara la guerre.

« La guerre de Jugurtha » chantée parSalluste, dura sept ans. Six armées romaines disparurent dans cette lutte mémorable. Jugurtha, aussi prompt dans la décision que dansl’action; adoré des Numidespour sa beauté; son courage et les ressources de son esprit, tint longtempsen échec les forces romaines.

Cependant, il fut harcelé parMetellus qui dévasta champs et villages; et attaqua énergiquement les principales villes numides. Metellus essaya vainement de s’emparer deZama, l’invicible. Mais le consul mit à sac Thala, avec son dépôt d’armes et son trésor royal.

Dépossédé de ses villes, Jugurtha fut persécuté par la Gétulie et la Mauritanie, où il reçutles renforts de son bequ-père Bocchus, alliance qui lui fut fatale. Après avoir essuyé divers revers militaires, Marius tomba sur Jugurtha qui lui opposa une résistance farouche comme s’il était encore un redoutable ennemi. Jugurtha résista mais perdit Cirta pendant le siège de l’hiver 107-106 avant J.C..

Livré en 105 par son allié, il fut conduit à Rome, enchaîné. Il contempla la ville qu’il méprisa pour sa promptitude à se vendre. Il y resta prisonnier, jusqu’à sa mort.

Aujourd’hui encore, dans les ruines de lq prison romaine, on peut lire l’inscription datée de 104 avant J.C. qui immortalise le grand roi numide, farouchement opposé, sa vie durant, à l’impérialisme romain.

En fait, Jugurtha fut, non pas vaincu mais vainqueur, puisqu’aujourd’hui, après plus de deux mille ans, sa figure légendaire et sa renommée ont traversé les siècles.

Bochus I – Gauda – Hiempsal III

Après sa défaite, son royaume fut partagé : Bocchus reçut une partie de la Numidie occidentale. La Numidie orientale fut partagée en deux royaumes : La Numidie occidentale et la Numidie orientale qui revint à Gauda (105-88 avant J.C.) puis à Hiempsal II (88-68 avant J.C.) respectivement frère et neveu de Jugurtha.

Bogud – Bochus II

A sa mort, Bocchus plaça son fils Bogud sur le trône de la Mauritanie occidentale qui prit le nom de Bogudiana, et légua ses nouvelles provinces à son fils Bocchus II qui la dénomma Mauritanie de Bocchus. Ce partage eut lieu en 91 avant J.C..

Bocchus III régna jusqu’en 33 avant J.C. Il se déclara en faveur de Pompée. Néanmoins, César lui laissa ses états, puis il suivit Octavien, tandis que son frère Bogud soutenait Antoine et put ainsi régnrer sur toute la Numidie.

Juba I

Juba I succèda à Hiempsal son père, jusqu’en 46 avant J.C. Il prit le parti de Pompée et anéantit l’armée de Soribornus Curio, qui débarqua en Afrique en 49 avant J.C. Battu à Thapsus par César, il se donna la mort, comme le firent ses alliés, Scipion Scipion et Caton.

Son fils, le futurroi Juba II, enfant encore, fut emmené captif à Ro,e où il fut éduqué. Il épousa Cléopâtre Selené, fille de Cléopâtre et d’Antoine. Auguste lui restitua, pour un temps, la Numidie et en 25 av. J.C. il devint roi de la Maurétanie, dont la capitale fut Iol.

Ce fils du révolté Juba I, vaincu par César, fut un roi très cultivé. Sans atteindre l’envergure politique de son ancêtre Massinissa, ni le courage exceptionnel de Jugurtha, Juba II s’efforça de créer un climat favorable à l’épanouissement de son peuple.

Souverain lettré, ayant beaucoup voyagé, influencé par les philosophes grecs; il écrivit plusieurs ouvrages de dialectique et fir venir des artistes grecs. Ils créèrent en Cesarea un mouvement artistique très puissant qui gagna tout le royaume.

Grand admirateur de Périclès l’Olympien, qui fit de sa patrie la Démocratie modèle, Juba II voulut gouverner la Maurétanie à son image. Les méthodes démocrratiques de son gouvernement lui valurent la faveur de ses sujets, et ses grqndes qualités l’estime des nations étrangères.

Selon Pausanias, Athènes lui érigea une statue dans son gymnase. C’était l’hommage de la Grèce à Juba Lybico, roi africain. Juba II connaissait très bien l’histoire de sonpays et même celle des autres peuples.

Il est cité comme historien dans les traités d’histoire, tant grecs que latins. Il écrivit aussi des ouvrages sur le théâtre, la peinture;; la grammaire, les sciences de la nature; malheureusement son oeuvre est perdue à jamais. Mais l’ouvrage dont la perte est la plus regrettable est sa « Description de la Libye ».

Au début de son régne, il fit explorer les îles Fortunes (Iles Canaries). Pline lui atrtribue la découverte des îles Purpuraris (Iles de Madère) dont les habitants teignaient admirablement les étoffes en pourpre. De ses voyages, il ramena à Cesarea une vaste bibliothèque et les copies des meilleures sculptures du « siècle de Périclès », de l’école de Myron et Polyclète, de Phidas et de Praxitèle.

Parmi les copies des sculptures de Phidias figurent l’Apollon de Cherchell, Demeter et Corée, puissantes sculptures de style parthénonien, la Vénus de Cherchell, qui, malgré ses mutilations; resplendit encore d’un éclat incomparable. L’intérêt porté par Juba II à la culture ne l’empêcha pas de construire Césarée, de l’embellir et de faire de la capitalede son royaume, l’une des plus belles villes de l’Antiquité.

Le phare de l’îlot date de son règne; il a été comparé; toutes proportions gardées, à celui d’Alexandrie. Cette construction atteste que Juba II, à l’instarde ses aînés, appliquait les principes d’une véritable politique économique. Le phare était l’une des élémentsde l’aménagement du port, destiné à développer sur la côte le trafic maritime, en vue du commerce aussi bien que des explorations géographiques.

Les fouilles effectuées dans les ruines de Cherchell, n’ont pas livré tous leurs secrets, mais il est certain qu’une partie de sa splendeur est dûe à Juba II. Bien des chapiteaux sur la place, doivent appartenir à cette époque.

Juba II a laissé à la postérité, une ville qui fut un centre de culture et d’art. Les sculptures grecques découvertes à Cherchell sont exposées au musée de la ville, au musée des Antiquités à Alger et au musée du Louvre à Paris.

Ptolémée

Ptolémée fils de Juba II fut le dernier roi Numide. Il fut assassiné par Caligula, en l’année 42 de notre ère. A ce moment-là, la ville s’étendait sur 2,5 km de long et 1,5 km de large, et renfermait dans son enceinte un grand nombre d’oeuvres artistiques et littéraires. Une collection numismatique des derniers rois numides (Juba II, Cléopâtre Séléné et Ptolémée) est exposée au Musée des Antiquités d’Alger.

Les monnaies de Juba II reflètent très bien son époque. On y retrouve à la fois les traditions monétaires des anciens rois numides, les souvenirs égyptiens de Cléopâtre Séléné, la culture gréco-romaine de Juba II, et le désir de ressourcement de son fils Ptolémée, dont le régne fut de courte durée.

Les Romains après la mort de Ptolémée, fils de Juba II, annexèrent la Maurétanie. Ils la divisèrent en deux provinces impériales: la Maurétanie Tingitane et la Maurétanie Césarienne, laquelle correspondait aux « Telles » Oranais et algérois et à la partie occidentale du Constantinois.

Tacfarinas

Contemporain de Ptolomée, Tacfarinas dirigea la révolte des Numides contre l’impérialisme romain sous le règne de Tibère. Dès l’année 17 de notre ère, il livra une guerre sans merci aux armées romaines.

Cette lutte indépendantiste dura huits années. Le guerrier Mazipa, combatit à ses cötés. Malgré les demi-défaites de Tacfarinas, la guerre sanglante entre les Numides et Rome ne prit fin qu’en l’année 24, dans la bataille que lui livra le pré-consul Donabela en Auzia (Aumale), où Tacfarinas trouva la mort au champ d’honneur comme le voulait la tradition numide.

Tacite consacre à Tacfarinas une place importante dans les livres II et III de ses Annales et malgré le ton méprisant qu’il emploie envers le Chef Numide, la personnalité de celui-ci en sort grandie. Tacfarinas tint tête à César, à qu’il envoya des Ambassadeurs. César, refusa ses revendications argumentant que même celles de Spartacus n’avaient pas été prises en considération.

L’Algérie romaine

Période romaine

L’occupation romaine de l’Afrique du Nord, à partir de Carthage, se fit par trois axes principaux :

Le premier, suit la côte de la Tunisie du nord au sud, puis il se dirige vers l’est et passe par la Libye.

Le second, qui va d’est en ouest, suit la ligne du plateau intérieur, nettement en arrière des massifs côtiers.

Le troisième, en diagonale nord-est et sud-ouest, représente la voie de pénétration vers la frontière sud et vers l’Aurès par Ammaedara (Haïdra, Tunisie), Thevesti (Tebessa), Thamugadi (Timgad), et enfin Lambaesis (Lambèse).

Trois de ces villes furent les bases de la légion romaine, qui occupa Ammaedara sous le règne d’Auguste. En l’année 75, elle s’installa à Thevesti, en 81 à Lambaesis, qui devint par la suite son siège définitif avant d’être la capitale de la Numidie.

La Numidie n’est pas une province côtière comme l’Ifriqia avec Carthage, et la Maurétanie avec Césarea, mais une province intérieure, face au désert, soucieuse de défendre les provinces africaines contre les dangers qui viendraient du sud.

La Numidie est un territoire miliatire, dont le commandement est installé à Lambèse ; elle de viendera procince indépendante de la Proconsulaire en 198. A partir de 126, des voies de pénétration l’aideront à progresser par les pistes du Sud, mais elle se rétrécit vers le nord : Hippo Régius (Hippone) est en Proconsullaire, Igilgili (Jijel) en Maurétanie Sétifienne.

La côte de Numidie a deux ports : Rusicade (Skikda) et Chullu (Collo). Le reste de l’Algrie forme la Maurétanie Césarienne. La Maurétanie était gouvernée à partir de Césarée (Cherchell). Sa frontière est plus méridionale, loin des monts du Hondna et des hautes plaines Oranaises, elle ne pénètre guère à plus de 100 km de la mer.

Au-delà de cette band côtière, les populations numides continuent à suivre leur mode de vie, et à se battre contre l’occupation romaine. Les cités romaines dans la Numidie et la Maurétanie s’érigèrent sur les villes romaines dans la numidie, dont certaines connurent un grand essor et jouirent d’une grande renommée dans ces contrées anciennes. Hippone, Cuicul, Tiddis, Thevesli, Madouros, Tipaza, Siga, Ténès, et probablement les plus importantes villes romaines eurent comme assises les villes numides elles-même, fondées le long de la côte, sur l’emplacement des comptoirs phéniciens.

Les plus importantes ruines des villes romaines, se trouvent à l’est de la Maurétanie Césarienne, dans les Aurès, et au nord de la Numidie. Si la sédentarisation s’est faite au temps des phéniciens et des Royaumes numides, c’est l’urbanisation qui constituera la base de l’empire romain.

Le nombre et la splendeur monumentale des cités romaines que révèlent les imposantes ruines de Timgad, Lambèse, Djemila-Cuicul, Tiddis, Tipaza témoignent du rôle joué par les Cités africaines.

Dans le monde, seules deux villes, demeurent intactes et témoignent de la perfection urbanistique des cités romaines : Pompéi, en Italie, ensevelie et sauvegardée par les cendres du Vésuve, et Timgad en Algérie, ensevelie et sauvegardée par le sable du désert.

Le plan méthodique de Timgad, au quadrillage régulier, cherche à s’introduire partout, sur la croupe de la ville Numide de Cuicul-Djemila, sur la pente de Tiddis, au-dessus du tracé capricieux de la ville punique et numide d’Hippone la Royale.

Les deux rues pricipales, se coupent en angle droit. Les autres leur sont parrallèles. Près du carrefour central, le Forum ets une place fermée, isolée, inaccesible aux voitires, qu’entoure un portique flanqué d’une basilique judiciaire. La place, ornée de statues, est le centre politique.

Le théâtre en est souvent proche. A Timgad, toute la ville semble implantée en fonction de la colline, où il était possible de creuser la « cavea ». L’amphithéâtre, le cirque, sont souvent situés dans les quartiers périphériques ou en banlieue. Dans les rues dallées, et souvent bordées de portiques, on rencontre des temples, des ma’rchés, desthermes.

Des places secondairs permettent de créer ne nouveaux ensembles architecturaux. Aux carrefours se dressent des fontaines ou des nymphées monumentaux alimentés par des aqueducs qui, traversent par des tunnels les montagnes, franchissant les vallées par des arches, amènent de très loin une eau pure et abondante.

En visitant le Musée de Timgad, on est saisi par la splendeur des mosaïques où les motifs géométriques et les rinceaux s’épanouissent en feuillages d’une délicatesse et d’une exubérance inconnues. Chaque ville a eu ses décorateurs et ses mosaïstes.

La différance de style entre ces écoles fait apparaître la vitalité des ateliers locaux. Aucun pavement, dans le monde romain tout entier, ne peut être comparé à la mosaïque des vendanges. Aucune analogie, non plus, à la mosaïque de chasse d’Hippone.

On peut conclure, que les Romains n’ont pas importé en Afrique des modèles arrêtés ou des formes fixes. Ils laissèrent les Africains travailler à leur manière, implanter leur ville selon leur propre génie, répartir à leur gré des monuments dont ils adaptaient les formes, selon le terrain, selon leur commodité, selon leur goût.

Les Numides ont,par leur génie créatif, perpétué l’oeuvre de leurs anciens rois. La prospérité de la ville romaine est dûe à l’agriculture. On peut énumérer longuement les activités industrielles développées à cette époque, mais c’est le sol qui fait vivre l’Afrique. La chasse, même primitive demeure une industrie. Des spécialistes taquent les lions et les panthères pour les jeux du cirque.

L’élevage se développe, les pasteurs élèvent le mouton du type occidental. Les chevaux numides, les Barbes, petits et robustes, rstent appréciés et servent à la cavalerie supplétive. A cette époque, l’Algérie est surtout un pays de culture. « C’est le grenier de Rome ».

Les plantations de vignes et d’oliviers se développent. Des meules aux pressoirs, on arrivera à d’énormes usines comme celle de Tébessa-Khallia, dont les ruines témoignent du caractère intensif de la culture. Pendant cette période, l’Algérie produisait et exportait des céréales, de l’huile, du vin, les marbres de ses carrières, les fauves de ses forêts.

Saint Augustin

Saint Augustin, né à Tagaste (Souk-Ahras), 354-430, est le plus célèbre des Pères de l’Eglise Latine et le plus grand esprit des premiers siècles du Christianisme, en Occident.

Evêque d’Hippone, dès 396, il mourut dans la ville assiégée par les Vandales. L’influence de Saint Augustin, est sans doute celle qui a marqué le plus la théologie de tous les temps, car son oeuvre a quelque chose d’universel.

Toute sa pensée est centrée sur deux problèmes essentiels : Dioeu et le destin de l’homme. Mais, il y a aussi ces hommes qui ne cessèrent jamais de lutter contre la domination économique, culturelle et religieuse des Romains, et qui ont laissé leur nom gravé dans l’histoire.

Firmus

Firmus, prince berbère mort en 375. Fils du roi Nubel, il s’est dressé contre les vexations des gouverneurs romains; en 372 il souleva les tribus du Djurdjura contre Rome et fut proclamé roi. Il prit Cherchell, mais échoua devant Tipaza.

L’Algérie vandales

Les Vandales

Au Vème siècle les Vandales envahirent l’Afrique du Nord. Après avoir débarque en Tingitane (Maroc), ils pénétrèrent à l’est.

On constate qu’au passage ils détruisirent les muailles de Caesarea (Cherchell) la capitale de la Mauritanie, celles de Tipaza furent rasées méthodiquement à une hauteur uniforme.

En Numidie, ils parurent s’installer : ce fut le siège d’Hippone, où mourut Saint Augustin. Puis ils repatirent et s’installèrent en Tunisie ou ils resteront un siècle.

Les Circoncellions

ais le phénomène le plus marquant de ce Vème siècle fut la révolte de la population montagnarde. Ceux de l’Aurès prirent et détruisirent Timgad vers 477.

Les Circoncellions ne cesseront pas leur révolte et vers le milieu du siècle ils joignent leurs efforts à ceux des Donatistes pour mener une lutte commune.

Les Bizantins

Les Byzantins arrivèrent en Afrique du Nord vers le milieu du VI siècle, et, si leur occupation fut limitée dans l’espace, lle dépassa largement le teritoire occupé par les Vandales.

Ils s’intallèrent là où ils trouvèrent les matériaux nécessaires à la fortification des villes. Les Byzantins se heurtèrent aux mêmes cavaliers, aux mêmes tribus que, naguère, les Carthaginois et les Romains.

Cependant, ils restèrent un siècle, en Afrique du Nord. Ils fortifièrent les villes pour les défenfre contre les paysans des plaines et surtout conte ceux des massifs montagneux. Mais les luttes paysanes ne cessèrent jamais.

En 647, lorsque les Arabes pénétrérent pour la première fois dans le Maghreb, ils trouvèrent une province affaiblie par son isolement.

Cepandant il résista aux Romains trois ans encore. Persécuté dans les régions de l’Atlas, Firmus se pendit afin de ne pas tomber dans les mains des Romains. Donat, Optat et d’autres évêques chrétiens, formulèrent, aussi, des revendications qui dépassèrent le cadre strictement religieux.

La conquête musulmane

L’avènement de l’Islam

L’avénement de l’Islam au VIIème siécle est un des faits les plus considérables de l’histoire du Maghreb. En l’an 681, avec l’arrivée de Sidi-Okba, l’Algérie entre dans l’histoire de l’Islam, car cette religion nouvelle obtient de plus en plus l’adhésion de la population qui participera à la conquête et à l’islamisation d’une grande partie de la péninsule ibérique.

Au III ème siècle de l’Hégire, IXème siècle de notre ère, l’Afrique du Nord, toute entière, était conquise par l’Islam. Ce fut une conquète spirituelle sans précédent.

Les Rostémides

La carte politique de l’Afrique du Nord qui va de la Tripolitaine à l’Océan Atlantique, présente au IXème siècle, la division que nous connaissons encore. Trois royaumes se juxtaposent : Tunisie, Algérie et Maroc.

Au Maghreb central, l’Algérie est gouvernée par la dynastie des Rostémides, qui règnent dans Tihert, près de l’actuel Tiaret. A leur simplicité d’ascètes, ces Imams joignent le goût de l’étude et une culture de savants. Dans Tihert, ils assemblent de riches bibliothèques et ils envoient en Orient des missions pour acheter des manuscrits.

La science passionne leur entourage : les femmes de leurs familles s’adonnent à l’examen du dogme, de l’exégèse coranique, des pratiques du culte et de la jurisprudence islamique. D’autres sciences captent leur intérêt, en particulier l’astronomie au sens large du terme.

Les Fatimides

La civilisation musulmane atteint son apogée avec les Fatimides qui rayonnèrent pendant trois siècles (du Xe au XIIe siècles). De cette époque date la Kalaa des Beni-Hammad. Erigée sur une pente que circonscrivent des ravins, elle est dominée par des hauteurs rocheuses qui lui servent d’observatoire et l’alimente en eau.

Aujourd’hui, le minaret de la mosquée se dresse au milieu de ruines où les fouilles ont dénombré trois palais. L’architecture de ces demeures s’inspire de l’Orient, de l’Irak et de la Perse. L’art Hammadite est une branche de l’art fatimide.

Moins raffiné que celui des ZAirides, il atteste cependant d’un goût du luxe favorisé par l’abondance de ressources. La chute du Royaume de Kairouan canalise vers la Kal’a des Beni-Hammad, le courant commercial et culturel qui aidera à l’épanouisement des Hammadites.

Les Almoravides

C’est en 1035 que les Almoravides, vont entrer dans l’Histoire. Guidés par le Saharien Yoûsof, fils de Tachfin, ils s’attribuent une mission religieuse. Yoûsof a laissé les plus beaux monuments de l’art musulman, en Algérie. A la première étape de sa traversée, il remonte à agadir où il fonde Tagrart qui sera son lieu de résidence.

Son modeste palais sera plutôt une dépendance de la Grande Mosquée. Tlemcen ne fut qu’une étape, les Almoravides s’emparèrent de Nédroma, Ténès, mais ne dépassèrent pas Alger.

Les mosquées sont le plus beau legs des Almoravides. La date de la construction de la Mosquée de Nédroma est attesté par une inscription sur bois de cèdre qui couronnait le Minbar. Ces vestiges sont conservés au Musée des Antiquités du Parc de la Liberté à Alger.

C’est aussi l’inscriptin de la chaire qui nous permet de dater la Grande MOSQUÉE D’Alger (1096). L’architecture s’inspire de celle de la Grande Mosquée de Cordoue. A Nédroma comme à Tlemcen et à Alger, l’art andalou exerce une grande influence. Pur la Grande Mosquée de Tlemcen, Yoûsof voulait un édifice simple et ainsi apparaît-il au visiteur qui pénètre dans la Mosquée par la face latérale.

Le dépouillement architectural, où nous reconnaissons l’austérité du chef Saharien, fait contarste avec l’abondance décorative de la nef centrale, plus tardive, avzec ses plafonds aux poutres sculptées, le mirhab qui se creuse dans le mur du fond et la coupole qui précède cette niche.

Une inscription sur la corniche nous indique qu’elle fut exécutée en 1136. Le cadre du mirhab et la coupole dont les arceaux s’entrecroisent et soutiennent des panneaux de plâtre ajourés s’inspirent de la Grande Mosquée de Cordoue. S’y ajoutent des éléments de l’art hammadite telles les stalactites qui surmontent les arceaux entrecroisés.

Les Almohades

« La prospérité du royaume almoravide fut interrompue par l’apparition d’El-Mahdi, fondateur de la dynastie des Almohades »

C’est ainsi qu’Ibn El-Khaldoun introduit ce nouveau personnage qui modifiera le cours de l’histoire du pays. C’est une époque mouvementée, où l’on assite à la fin de la grande épopée almoravide. A la fin du règne d’Ali Ben Yoûsof en 1192, les Masmoûda disposaient déjâ de forces redoutables.

Se dirigeant vers l’est, les troupes Almohades commandées par Abd-El-Moûmin arrivèrent aux monts de Tlemcen. En Espagne comme au Maghreb, les Almoravides furent incapables de résister aux Almohades.

Seuls échappèrent les « hommes voilés », qui tenaient les Baléares : les Béni Ghânya, qui joueront un rôle non négligeable dans l’histoire de l’Algérie. Ibn Toûmert, dit El-Mahdi, fut le précurseur du mouvement almohade. Disciple du théologien Ghazali, ce réformateur veut appliquer en Occident les préceptes de son maître.

Partout, il censure les abus et captive les auditeurs par son éloquence. Il porte contreverse sur le terrain de la théologie alors que les Almoravides faisaient de la jurisprudence, leur arme de combat. Ses partisans; les « Al-Muwahhidûn » (les Unitariens), professaient le dogme de l’unité de Dieu dans toute sa pureté.

L’Algérie va prendre place dans l’histoire frâce au rôle joué par Abd El-Moumin, né à Nedroma. Grand Chef guerier, il dirigea trois campagnes qui conduisirent à l’unification de l’Afrique du Nord. De cette époque date le premier cadastre de l’Afrique du Nord : en 1159, Abd El-Moumin ordonna l’arpentage de l’Ifroquiya et du Maghreb.

On mesura depuis la Cyrénaîque jusqu’à l’oued N’oun, de long en large. On retrancha de cette surface un tiers pour les montagnes, les rivières, les lacs salés, les routes et les déserts. Les deux tiers restants furent frappés du Kharadj ou impôt foncier.

Ce fut là une grande innovation. Les Almohades souverains du Maghreb jouissaient d’un grand prestige tant en Orient qu’en Occident. Cependant l’Empire Almohade, rongé par les luttes intestines pour le puvoir et par la difficulté de gouverner un si vaste empire, commeçait son déclin.

Ce fut d’abord l »Espagne, qui échappa au califat almohade, suivi par la Tunisie (1236) avec les Hafsides, Tlemcen (1239) avec les Abd-Alwadides, le Maroc (1269) avec les Merinides, qui prirent Marrakech. Ce fut la fin de la dynastie almoravide. C’est ainsi que la dynastie berbère des almohades régna sur l’Afrique du Nord et sur la moitié de l’Espagne de 1147 à 1269.

2 Réponses à “Histoire”

  • Sony sosso

    Je vous remercie pour ces informations. Enfaîte je veux avoir l’histoire d’Akbou 1830-1954 mais, je ne sais pas ou trouver des informations sur ce sujet la.

  • hafida

    Bonjour, je voudrai le numèro de telèphone de la mairie d’Akbou, si vous l’avez, s’il vous plait envoyez le moi sur ma boite. Merci d’avance

Trackbacks

  •