Histoire d’Akbou

Akbou est une création française, datant de 1874. Le point le plus remarquable est la présence d’un mausolée d’époque romaine, attribué à la famille berbère romanisée de Firmus. Il se signale au milieu de la vallée de la Soummam.

C’est au tour du chérif Bou Baghla d’organiser le soulèvement de la Kabylie contre la conquête française. En 1851, il l’inaugure par un coup d’éclat : l’attaque contre l’azib que possède Sî ibn ‘Alî Sharîf, marabout de Chelatta, au bas de la vallée. Les Français décident peu après la construction d’un bordj, maison forte et maison de commandement pour protéger le marabout et, à travers lui, asseoir leur autorité sur le pays. Sî ibn ‘Alî Sharîf a alors le commandement, en grande partie nominal, sur les Illoulen us-Sameur, les At ‘Îdal et les Ouzellaguen. Le marabout obtiendra plus tard le titre de bash-agha de la part des Français, qui sied mieux à son amour-propre.

Akbou, à la confluence topographique et stratégique de la Soummam et de son affluent le Bousselam, fait partie du deuxième épicentre de l’insurrection de 1871. Celle-ci commencée dans la Medjana, sous la direction du bash-agha Muqrânî, trouve un puissant relais à Seddouk, sous l’autorité de Shaykh al-Haddad, alors le personnage le plus en vue de la tarîqa Rahmânîyah en Algérie. En effet, Seddouk fait alors partie du commandement de Sî ibn ‘Alî Sharîf, dont le rôle dans le déclenchement de l’insurrection reste controversé et jamais mis au clair avec netteté. En tout cas, avec les premières opérations, il se réfugie dans son bordj.

Se comportant comme une véritable armée de Versaillais en Algérie, les troupes françaises mènent une répression impitoyable. Les terres les plus fertiles de la vallée de la Soummam sont séquestrées et vouées à la colonisation. C’est ainsi que s’élève bientôt un centre de colonisation qui prend le nom de Metz, pour accueillir des colons, dont certains viennent d’Alsace-Lorraine. Il s’agit de recréer en terre algérienne, ici en Kabylie, entendue au sens large, l’Alsace-Lorraine perdue au profit des Allemands. Pour asphyxier le deuxième foyer de l’insurrection, les Français détruisent de facto le bash-aghalîk de Chellata et établissent en lieu et place une commune mixte, regroupant les centres de colonisation nouvellement créés et les communes indigènes, formées sur la base des douars kabyles définis et créés ex-nihilo par le Sénatus-Consulte de Napoléon III.

Akbou est alors érigé en chef-lieu de la commune-mixte, qui prend son nom. C’est de là que date l’essor d’Akbou, qui jusqu’alors n’avait aucune importance réelle, ni démographique, ni politique. Akbou dirige désormais la Haute-Soummam. Les Français privilégient la plaine fluviale pour y attirer les populations et contrôler les montagnes environnantes.

Wilaya Bejaia
Daira Akbou
Code Postal 06200
Longitude 4°31′60″ E
Latitude 36°27′40″ N
Superficie 52,18 km2
Population 79 300 hab.
Densité 1519,7 hab./km2

LE MAUSOLEE DU PITON D’AKBOU

UNE ENIGME ARCHEOLOGIQUE
Au nord ouest du majestueux piton d’Akbou en prenant un chemin sinueux à travers rochers et broussaille, on arrive au somptueux monument funéraire. Visible de loin car il occupe une position privilégiée, ce mausolée a fait rêver et inspirer plusieurs historiens et archéologues.
C’est un édifice à un seul étage qui repose sur une base à gradins : des assises soigneusement alignées, que complète une architrave. Le tout forme un début de pyramide. Vient ensuite une frise d’un carré régulier et d’une belle architecture. Elle est coiffée d’une corniche sculptée avec une extrême finesse. Enfin, un toit pyramidal termine la construction. De l’intérieur, il a la forme d’une voûte en berceau. L’extérieur de ce mausolée se distingue par la fausse porte(1)qui se trouve sur chaque côté. Ces portes  » imaginaires  » sont ornées de motifs décoratifs et de plusieurs signes. La face nord du monument présente une ouverture par laquelle on accède à l’intérieur. Selon certaines lectures, elle pourrait être pratiquée par des voleurs dans l’espoir de découvrir un trésor enfoui dans ce tombeau, au-dessus de cette porte (l’encastrement profond en témoigne). Ce qui fait supposer que c’était le principal côté.

DES INSCRIPTIONS MILLENAIRES
Que sont devenues ces inscriptions ? Véhiculaient-elles réellement des indices pouvant nous fixer sur l’origine du monument ou seraient-elles simplement un rajout d’une civilisation, autre que celle ayant bâti cet édifice, dont le but était de marquer sa présence ?Dans son récit, le baron H. Aucapitaineraconte que c’était une plaque en marbre blanc qui servait de cible aux jeux des bergers et qu’à force de jets de pierres, elle a fini par se briser et les débris se sont éparpillés sur le sol. Il disait aussi que toutes ses tentatives pour récupérer les fragments ont été vaines. Selon lui, cette perte, ô combien regrettable, a dû avoir lieu quelques années avant son séjour dans la région Aucapitaine était l’hôte du Bâcha Agha Ben Ali Chérifdans sa résidence Bordj de Tarza et c’était, disait-il, du Bâcha Agha qu’il tenait ces précisions. Celui-ci se rappelait l’avoir vue en place.

QUEL ETAIT LE BUT DE CETTE CONSTRUCTION ?
Certains affirment qu’elle serait presque deux fois millénaire. Sur l’origine de ce monument, les commentaires et les hypothèses vont bon train. Etait-ce pour un souverain, un militaire hautement gradé ayant expié au cours d’un combat ? La légende raconte qu’en cet endroit, où est construit le mausolée, une femme a accouché. L’origine de ce mausolée est légendaire. La population l’attribue aux Romains. Mais la grande analogie de forme qu’il présente avec les mausolées des rois numides SyphaxetMassinissaet avec le mausolée royal de Mauritanie plus connu sous le nom dutombeau de la Chrétienne (dans la province d’Alger) donne à supposer que cette construction serait antérieure à la conquête romaine.

LE PASSAGE DES CONQUERANTS
En outre, de la lecture de l’ouvrage Le Mausolée royal de Mauritanieédité par l’Agence nationale d’archéologie et de protection des sites et monuments historiques, il ressort que les monuments construits sur un plan carré avec un couronnement pyramidal et bâtis presque toujours sur des sommets de colline sont attribués à des princes berbères peut-être de religion chrétienne dont les principautés s’étendaient vers l’Ouest.Serait-ce l’œuvre d’une civilisation particulière ou un ensemble de styles, résultat du passage des différents conquérants ayant pris d’assaut la ville d’Akbou ? Mais quels qu’ils fussent, ils ont perlé leur ouvrage et ont réalisé un véritable exploit en réussissant un chef-d’œuvre.Une expertise du site lèvera sans doute le voile du mystère et pourra peut-être répondre à cette énigme : Quand et par qui cette œuvre de génie a-t-elle été construite ? Sur la sépulture de qui a-t-elle été érigée ? Des témoignages (oraux et écrits), des documents laissés par nos aïeux aideront dans les recherches.En attendant, cette merveille, qui a survécu à toutes les agressions et qui garde jalousement son secret, se détériore dans l’indifférence générale : des assises gisent au pied de l’édifice. Une partie du toit est détruite (tentatives lointaines de pénétration dans le tombeau), les colonnes supportant les chapiteaux ont disparu.De plus, il est menacé par les vibrations générées par le passage des trains et la carrière se trouvant sur le flanc du piton. En outre, la poussière se dégageant de cette carrière s’accumule sur l’édifice.Le mausolée d’Ausum (antique Akbou) ou Taqubbet n’ Weqbucomme il est appelé dans cette localité, est et restera la mémoire infaillible au vu des témoignages qu’il contient sur l’histoire de cette région en particulier et de l’Algérie en général.Il faut œuvrer pour qu’il soit inclus dans le listing des sites classés. Dans l’espoir que ce vestige historique devienne l’objet de recherches d’archéologues, historiens et étudiants du domaine, il faut parer au plus pressé pour le protéger en délimitant un périmètre de sécurité autour de lui et en menant une campagne de sensibilisation auprès de la population.

Taous Yettou.

28 Réponses à “Histoire d’Akbou”

  • Azul

    Ce mausolée est devenue dans notre ère un saint on l’appelle Thighurfathine N’Wekvu ,j’ai entendu plusieurs femmes en accouchement demander l’aide de ce saint.
    Jadis quand les hommes partaient en immigration leurs familles allumaient les bougies dans l’espoir de les voir revenir.
    Là ce mausolée est a l’abondant pourtant riche en histoire mérite bien son entretien et son classeement.
    Thanemirth

  • Amar

    Merci pour l’anecdote que je ne connais pas et pourtant je suis d’Akbou, pour la dénomination c’est exacte et je crois que l’on peut traduire comme ceci ça ne me plait pas trop mais je trouve pas mieux, merci de corriger éventuellement « le 1er Etage d’Akbou.

  • nadia

    je suis contente de cette article, car ce monument est lié a mon enfance! etant donné ,que notre maison familliale a toujours été juste en face de l’autre cote de la rue ,en 20O5 tres tot a 6h du matin je suis montee avec mes petite niece et neveus o a mis des bougies et fait des priers pour ma santée!

  • sidi ali Mahmoud

    Je ne sais pas si un jour on s’occupera de notre mausolée, un patrimoine d’une richesse historique et architectural, c’est la mémoire de tout les habitants d’Akbou, pour vous dire chaque un a sa propre histoire d’enfance lié à ce coin ,
    Malheureusement son état est en dégradation continue, espérant qu’un jour nos spécialistes prendrons conscience de la gravité de la situation pour entamé des travaux de rénovation pour que notre mausolée retrouvera son âme .

    Mahmoud Sidi Ali
    d’Akbou

  • toufik ait-bessai( chellata)

    merci pour votre travaile bon courage mes frere (thanmirthe )

  • salut.
    vraiment je trouve cet article super .vous faite un exellent travaille .je vous admire profondément
    non-seuleument vous étes proffesseur et en plus journaliste a la fois
    franchement c’est vraiment extra
    en tous cas j’ai lu votre article qui m’a baucoup plus
    alor je veux vous souhaiter bon courage pour cotre boulot
    bye
    part « Djermouli katia » votre ancienne éléve

  • samir

    que tu bon temps passér dans ce mausolée …..www.innocentkabyle.skyrock.com

  • fatah ghezzou

    je suis tres content et satisfait a la foisd de ce qui s’ecrit par tant de compatriote,moi cequi me decois si j’ose m’exprimer ainsi,c’est la mosquée des turc appellée communement THAKHAMT N VOUYAMCHACH qu’un squateur a oser cloturer et y faire une etable.
    dire qua la municipalité est au courant de ces chose la et que personne n’ose bouger le petit doigt, c’est notre patrimoine aussi non?
    il ne faut pas se contenter de l’ere romaine ou berbere, faut croire que les turc aussi sont passé par la sinon comment justifie ces qalblouze et autres.
    mes respects messieurs dames.

  • nacer

    mon cher fatah cen’est pas une mosqué turc mais si tu la regarde d’en haut tu verra qu’a l ‘origine c’est une singogue

  • nacer

    j’ai oublié de dire « que sont devenu « ijhahs »,je voulai dire les chevaux pure sang akbouciens de la place, je crois qu’ils ont pris le chemin de la place de rome ou sont erigés leurs semblables mais en plus grand.
    a la prochaine glissade sur la place d’akbou.

  • Abbas Guendouza Akbou

    Salam Alikoum
    Notre ville est trés belle mais la mafia veut l’attaquer alors il faut arreter le bars … et construire les mosquées et retourner a notre religion et notre propre histoire

  • Amar

    C’est pas parce que je laisse passer ton commentaire que je l’approuve, c’est parce que je suis un vrai démocrate, je suis sûr qu’un islamiste comme toi ne fera la même chose dans l’autre sens.

    Je ne suis pas sûr que tu comprennes bien ce que je dis.

  • salut,
    vraiment je vous tire chapeau

  • lydia

    Je suis très admirative devant votre travail, cela étant je crois qu’il est temps de trouver un moyen de restaurer nous même les vestiges de notre histoire et de réfléchir intelligemment à cela. Une association telle que la votre a besoin d’un appui moral mais aussi financier. J’aimerai vraiment que l’on s’y mette tous et que l’on vous donne l’appui nécessaire. Donc peut-on imaginer instaurer un système de mécénat en sollicitant tous ceux que l’avenir de la ville d’Akbou intéresse. Je suis prête à vous apporter mon humble aide et à rechercher des aides.
    Qu’en dites-vous ?

  • ferkane

    c bien comme recherche historique superficielle mais ca se vois que t’es kabyle pas marabout et je pense pas de tout que akbou existe juste 1874je peux savoir sur quel base tu dis ca ca je ne crois pas et arrete de critiquer les marabouts on est pas des bachagha c un mot d’origine turque ok pour moi akbou c un mot qui viens d’afrique d’apres mes recherches ca existe une famille en camiroun qui s’appelle akbou .perssonne ne sais la verite prof d’histoire et comme meme bravo pour ta recherche

  • kacimi sofiane

    tanmirt meme si je suis pas d’akbou mais j’ainterrese a ce jonre de travaille merci est le proverbe desait l’histoire appartient aux vingceure

  • noor

    je ne suis pas d’akbou mais merci pour l’article mais je voulez s’avoire asque il ya des marabou dans la ville d’akbou
    juste une questions

  • Atoui

    Cet aperçu sur la genêse d’Akbou nous fait connaître nous même, une étape primordiale avant d’aller connaître les autres…Je trouve que le texte est objectif et neutre et ne comporte nullement de préjujements sur « les marabouts » .
    Remerciements chaleureux pour l’auteur du texte, qui nous dresse un abécédaire historique sur Akbou, et qui nous apprend, par là, qu’ on est pas une ville ancienne ou historique, que notre histoire est récente. Nous n’avons pas été une médina, pas une ville. L’histoire ne fait que commencer, nous devons l’établir et lécrire par nos oeuvres
    et actions.
    Le meilleur et l’espoir est d’en faire un espace social citadin,
    où régne civilité , urbanité, paix et tolérance.
    Yanone

  • slt ça va tu me ,dlbn,mngùq, 0514197801

  • Taslent

    AKANCHOUR AOUKBOU C’EST COMME CA QU’ON L’APPELLE NOUS LES HABITANTS DE LA REGION CE MAUSOLE ES CE QUE LES HISTORIENS DE LA REGION SONT INCAPPABLE DE NOUS ECLAIRCIR DAVANTAGE SUR CE SITE.

  • Merzouk

    Bonjour

    Je pense qu’il existe une étude d’archéologie faite par monsieur IDIRI Kamel et il a trouvé quelques choses sur le piton.

    Moi jr suis de tizi et ej connais pas le mythe de ce mausolée mais j’ai déjà entendu parlé de Tighourfatin gouqvu.

    Merci pour l’intérêt que vous porté à l’histoire de la région.

  • amra

    Djamal Amra
    Dans le Coran, le Hadith et la mention qu’il y avait beaucoup de prophètes envoyés à toutes les parties du monde, alors ne doute pas que les prophètes ont été envoyés dans la région de l’Inde dans le passé, qui, s’il n’est mentionné nulle part c’est qu’il a été révélé à une écriture hindoue, de sorte que l’écriture n’est pas cela.

  • amra

    Djamal Amra
    Bonne nuit à tous les Amis de LE MONDE, musulmans, chrétiens et notamment tous ceux qui ne croient pas en Dieu, les gens veulent plus rapides aujourd’hui c’est tout, argent, la technologie, puissance, etc. Il suffit de penser COMMENT OBTENIR argent, biens, toutes les choses matérielles inimaginables, les gens ne le temps de penser dans votre vie, ALORS QUE LE TEMPS LES DE LA VIE, ET CE QUI SE PASS…E OU LORSQUE votre vie après cela, les gens devient plus agressif, égoïste, je pense que beaucoup fait que les gens sont impliqués dans ce MONDE DE SATAN. Actuellement, il ya beaucoup de gens très pauvres, vous n’avez rien, Dieu juste et DEVRAIT SE CHANGER LA VIE, mais les gens ne voulons changer cela aime la vie, le pouvoir, l’argent, mais Dieu a prévu cette vie et savent que les gens SONT BONNES ET est cette vie est de s’accrocher à la matière et ne peut pas mentir. J’ai n’enverra pas ce message pour moi Écoutez-moi, si vous écoutez votre cœur que UN JOUR ne pense pas l’argent, pas le pouvoir, sinon le Créateur, dans comment retourner à Dieu et demander COMMENT NOUS RETOURNER À LA. Je remercie Dieu d’avoir permis transmettre ce message, et nous prions Dieu pour tous ces gens n’ont pas de coeur. S’IL VOUS PLAÎT Dieu aide et soutien pour toutes personnes pensent que nous ont peut-être et d’une vie pleine de Dieu. Dieu est grand.

  • amrouche

    akbou si tt une histoire qui cache bcp de chose

  • dalila

    Bonjour à tous,

    en lisant cette article au bureau sa ma fait voyager directement et je vous remercie, pour ce qui concerne akachouche gakvou sa me fait penser au jour de moulloud quand j’étais petite j’allais avec les enfants des voisins poser des bougies et laisser quelques pièces. c’été des bons moments qu’aujourd’hui je n’oublierai jamais car sa me rappelle mon enfance et il faut dire que ce monument fait partie de notre patrimoine. cependant, les gens aujourd’hui ne prennent pas soins et sa ce dégrade de plus en plus.

    SVP garder cette endroit pour que les futurs générations puissent à leurs tour vivrent des moments imaginaires comme nous tous.

  • lyna

    je suis d’akbou et ce mausolée a toujours fait partie de ma vie, depuis ma tendre enfance j’ai entendu ma grand mere jurer sethgherfets ouge9vou.j’ai toujours aimé cette ville qui m’a vu grandir et ce genre d’article ne fait qu’amplifier l’amour que je porte pour cette ville alors merci beaucoup.
    PS: pour ceux que ca interesse il ya des articles écrit par le docteur Farid Kherbouche sur l’histoire du Mausolée du Piton.

  • mahmoud Sidi Ali

    Bonjour , il est vrai que docteur farid kherbouche a consacré beaucoup de temps dans sa recherche approfondie de ce patrimoine qui restait toujours une énigme archéologique ,au fils des années il a pu identifier deux définitions majeures à savoir son expression architecturale et surtout sa datation d’après ses publications , c’est un grand pas vers un éventuel reconnaissance comme patrimoine classé afin qu’il puisse bénéficier d’une enveloppe pour sa restauration par des grands spécialistes …

  • mahmoud Sidi Ali

    Bonjour , il est vrai que docteur farid kherbouche a consacré beaucoup de temps dans sa recherche approfondie de ce patrimoine qui restait toujours une énigme archéologique ,au fils des années il a pu identifier deux définitions majeures à savoir son expression architecturale et surtout sa datation d’après ses publications , c’est un grand pas vers une éventuelle reconnaissance comme patrimoine classé afin qu’il puisse bénéficier d’une enveloppe pour sa restauration par des grands spécialistes …

Trackbacks

  •