Expulsion d’une fillette de… 14 mois

Pour tout ceux qui croyaient qu’avec l’arrivé d’Eric Besson au ministère de l’immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, cela allait changer par rapport à son prédécesseur, car c’est un homme qui vient de la gauche (PS) ; donc tous ceux là se mettent le doigt dans l’œil.

En effet, nous venons d’apprendre par l’association APAERK (Association de Parents Adoptifs d’Enfants recueillis par Kafala ) qu’une petite fillette prénommée Norah âgée de 14 mois va être expulsé dans le département d’Indre et Loire, le préfet considère qu’elle est en situation irrégulière et que la Kafala n’est pas une procédure d’adoption reconnue en France.

C’est en effet vrai que la Kafala n’est pas reconnue en France et l’APAERK se mobilise avec les moyens de bord pour faire changer la loi française contrairement à d’autres pays européens (Belgique, Suisse, Espagne).

Pour rappel, la loi française stipule en effet que : « ne peut être adopté en France tout enfant dont la loi personnelle le permet » or la kafala est une institution dans les pays musulmans et que l’adoption est interdite dans certains de ces pays, Algérie et Maroc notamment, d’autres pays comme la Tunisie ou la Turquie pourtant pays musulmans reconnaissent l’adoption.

Tous les couples franco-algériens ou franco-marocains qui adoptent dans leurs pays d’origine ne le font pas par convictions religieuses puisqu’ils adhérent en masse à l’APAERK et que cette association française et laïque et qui respecte les lois françaises ne demande simplement qu’une chose : que la kafala soit transformé en adoption à l’arrivé de l’enfant en France afin de permettre à ces enfants et à leurs parents de vivre sereinement comme tous les autres parents biologiques ou ayant adoptés en Chine, en Colombie ou ailleurs.

La loi française est à cet égard discriminatoire envers les enfants nés dans les pays musulmans.

Le ministère de l’Intégration d’Eric Besson ne donne vraiment aucune chance à cette fillette de 14 mois de s’intégrer dans le pays ou vivent ses parents  qui sont français d’origine algérienne et ce depuis longtemps et elle n’est pas rentrée en France illégalement à ce je sache.

Ce ministère n’a même pas attendu que Norah commette son premier délit à l’école maternelle, principe de précaution, il préfère prendre toutes les mesures avant que ceci n’arrive, il est vrai que tous les gens basanés qui arrivent du sud sont de potentiels délinquants, on aurait dû expulser Rachida DATY avant à l’âge de 15 mois, on aurait peut être pas eu à subir son passage au ministère de la justice

Et j’allais oublier, Eric Besson et né à Marrakech (Maroc), son ministère aurait pu montrer l’exemple en expulsant son ministre pour principe de précaution : tout ce qui vient du sud est potentiellement dangereux, tout comme le président de la cour des comptes Philippe Séguin né en Tunisie, le maire de Paris Bertrand Delanoë et j’en oublie certainement beaucoup, toutes mes excuses.

Nous pouvons bien sûr étendre ce principe de précaution à d’autres pays comme la Hongrie par exemple, et ainsi réparer de grossières erreurs commises par nos ainés, et là je suis presque sûr que j’ai la moitie de la France est en accord avec moi concernant au moins une personne en particulier, ce n’est pas demain qu’un franco-algérien comme moi peut se targuer d’obtenir la moitié des suffrages français alors c’est juste pour mon plaisir personnel.

Vous pouvez lire également lire cet article (ici)

3 Réponses à “Expulsion d’une fillette de… 14 mois”

  • Fafa

    Bonjour,

    J’adhère à vos propos, expulser cette enfant n’est pas humain.
    Bien que la France reconnaisse la kafala, on s’aperçoit qu’il y a encore beaucoup de travail à faire pour faire évoluer les mentalités.
    Cette petite fille ne peut et ne doit pas être reconduite en Algérie, d’une part car ses parents adoptifs sont français, mais aussi car elle a besoin de soins médicaux.

    PS : J’ai relevé une petite erreur sur votre phrase « ne peut être adopté en France tout enfant dont la loi personnelle le permet »
    ne serait ce pas plutôt « …dont sa loi personnelle la prohibe »

    Cordialement

  • Amar

    Bonjour,

    Merci pour votre commentaire, concernant l’erreur dont vous me parlez, je ne crois pas à moins que ce matin je sois mal réveillés, en gros ça veut dire un enfant ne peut être adopté que si sa loi personnelle de naissance le permet, si on veut mettre le mot prohiber, il faudra transformer la fin en … sauf si sa loi le prohibe.

  • Fafa

    Bonjour,

    Ah oui effectivement dit comme ça…
    Bonne continuation

Trackbacks

  •