Illizi…Archaïsmes, fantasmes et géopolitique (Mohamed Bessa)

Quatre bacheliers pour toute la wilaya d’Illizi ! C’était en 1991, Samir Philippon, seul « scientifique » de la fournée, se souvient de « ce temps que les moins de  vingt ans ne peuvent pas connaître », et note que depuis, les choses ont évolué si bien que les jeunes expriment des besoins et des attentes auxquelles le système n’est pas bien préparé.

Délicat atavique, il occupe opportunément le poste de directeur de la maison de la culture Othmane-Bali, l’icône du tindi, son propre paternel, mort en 2005 alors qu’il tentait de traverser un oued en furie.


Réminiscences d’Isabelle-Eberhard…

Mais le romantisme est, en l’occurrence, une bien belle propension d’imbéciles.  Car, les images d’Epinal se déchirent dès les premières dunes. A mi-distance d’In-Aménas et de Hassi-Messaoud, un vendeur à l’étalage affichait déjà un ressentiment qui jure avec cette fantasmagorie  d’un Sud imperturbablement serein.  Il faut acheter à Alger ce qui coûte moins cher à Alger ! Pas touche à la fripe  si on tient son casse-croûte en main ! Bref le commerçant est roi.

Bien sûr que certains « Nordistes », mot chargé d’une intense connotation historique mais dont tout le monde use ici soit par commodité soit par paresse intellectuelle, et leur morgue de Pied-noir,  y est pour quelque chose.

A contrario, Hakim, un de nos compagnons de la caravane culturelle de Bejaïa, croit vivre de l’idéal fraternel en faisant celui qui ne veut pas voir.

« Tu as la berlue ou quoi ? Tu vois en moi un noir ? », rétorque avec une rage difficilement contenue celui  qui semble être un agent des renseignements qui est accouru depuis le  poste militaire en voyant tant de « blancs » arriver subitement dans cette fosse  nécrologique qu’est Hassi-Leqbour. « Non ce n’est pas ça le Sahara que je connaissais ! », soupire notre bon Hakim.

L’erg, sommier avenant d’une belle route asphaltée,  s’abime en une déclivité infinie. Des boyaux à ciel ouvert courent, qui amènent le pétrole aux ports du Nord.  Le passage en revue des bases-vie  fait voir ce dont Sonatrach, Halliburton et autre Schlumberger  sont capables : créer de vertes féeries là où les dieux ont abdiqué. Quelque six heures plus tard et  l’équipée sera enfin dans cet Illizi. Les premières impressions…Ciel haut et monde à la mesure des plus petits.

Mais on ne sait quoi de violent étreint  incestueusement  la capitale du Tassili-n’Adjer.

Pages : 1 2 3 4 5 6 7

Une Réponse à “Illizi…Archaïsmes, fantasmes et géopolitique (Mohamed Bessa)”

  • Bessa Mohamed

    Salut,
    Je vous félicite pour l’article que je viens de lire. C’est votre nom qui a attiré mon attention, je m’appelle également Mohamed Bessa, mes parents sont de Béni Ksila. Mai j’ai des cousins qui sont dans les environs de Sidi Aich, Thaourirth Amrouche (Hamam Sillal). Est-ce que vous êtes de cette Famille, mais leur nom s’écrie Bessâa. Merci de vous lire.

Trackbacks

  •