Division : encore et encore

Le peuple amazigh ne manque pas une occasion de montrer non seulement à sa population mais aussi à la face du monde son savoir faire dans la division, nous avons avec l’organisation des 5èmes assises du  Congrès Mondial Amazigh (CMA) qui devaient se tenir initialement à Tizi-Ouzou (Algérie), puis à Meknès (Maroc), d’après ce que l’on a pu lire ici ou là, les autorités algériennes n’ayant jamais répondu favorablement pour l’organisation de ces assises sur son territoire ; mais là n’est pas la question, nous savons tous que le gouvernement algérien ne fera rien pour faciliter les choses aux imazighens et encore moins aux kabyles.

Revenons à nos moutons, c’est tout ce qui nous reste et encore plus beaucoup et plus pour longtemps, ce congrès amazigh que des militants du monde entier attendent avec impatience certainement vont désormais avoir le choix : Tizi-Ouzou ou Meknès ; vous me direz pour une fois que nous avons le choix, on ne va pas se plaindre non plus.

Nous avons vraiment l’impression que c’est l’histoire qui se répète, je ne suis ni historien, ni rien de tout cela, mais un simple citoyen qui s’intéresse à son pays, sa culture, son histoire et d’après ce que j’ai pu lire ici ou là, de tout temps le peuple amazigh a toujours avancé en rang dispersé, il n y a qu’à regarder l’histoire du mouvement national algérien récent, de l’Etoile Nord Africaine jusqu’au MAK.

Ce n’est un secret pour personne que l’ENA est la création des militants kabyles pour l’indépendance de l’Algérie, et à force de division, elle a fini par accoucher du FLN et de notre indépendance ; monstruosité devrai-je dire, mais entre temps combien sont morts pour cette indépendance, je n’en citerai qu’un seul très représentatif de cette désunion (pardon pour tous les autres) : Abane Ramdane

Celui-ci assassiné au Maroc comme chacun sait, ne serait jamais mort sans l’aval des ses camarades de combat et pourtant kabyle tout comme lui. Juste après l’indépendance, nous avons vu la naissance du FFS de l’illustre Ait Ahmed (chef historique du FLN) et à la tête de l’OS en 1949, mais débarqué par ses pairs, soupçonné de berbériste, déjà à l’époque.

Le FFS a été la fierté de milliers de militants après la guerre, mais malheureusement 20 ans plus tard, il accouche d’abord du MCB (Mouvement Culturel Berbère) puis du RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie), entre temps le MCB s’est divisé bien sûr, il ne faut pas déroger à la règle, on tient fermement à nos traditions.

Et même pendant les années de terrorismes qui continuent puisque la kabylie et à feu et à sang, nous avions là l’occasion de nous unir contre un ennemi commun, l’islamisme et la junte militaire qui eux travaillent main dans la main, eh non on retombe encore dans notre division ancestrale, rappelez vous les Archs après le printemps noir qui ont donné beaucoup d’espoir à toute une jeunesse fatiguée des partis politiques traditionnels, ces mêmes archs se sont divisé en dialoguistes et les autres… Et même nos chanteurs les plus illustres se divisent pour la même cause, rappelez-vous des querelles vraies ou inventées entre Matoub Lounès et Lounis Ait-Menguellet.

Nous sommes le peuple le plus démocratique ou le plus divisé du monde, à chaque région son parti et son chef, à chaque village son parti et son chef, à chaque quartier son parti et son chef, à chaque immeuble son parti et son chef, à chaque famille son parti et son chef, et même dans chaque individu son parti et son chef et d’ailleurs quand on se promène dans la rue kabyle, on voit de plus en plus d’individus parler tout seuls, ils ne sont pas fous, ils argumentent contre l’autre moitié du même individu, ils essaient de convaincre l’autre moitié du bien fondé de ses idées.

Je vous le dis, on tient énormément à nos valeurs ancestrales : division et encore division.