Démocratie : Zaama

Il ne se passe pas une semaine sans apprendre que telle ou telle APC est bloquée par ses élus en conflit avec le président (maire) de l’APC (mairie), et ce qui est le plus pitoyable, ce sont souvent des élus issus d’un même parti politique, la dernière blague nous vient de l’APC de Tinebdar (Sidi Aich) et de sa troupe de comédiens du RCD.

Depuis des années, on nous rabâche les oreilles avec la sempiternelle soif de démocratie du peuple kabyle, de ses luttes depuis toujours dans ce sens, des références aux assemblées populaires (tadjmaat), mais quand on y regarde de plus près depuis une vingtaine d’années, il faut être aveugle pour ne pas balayer tout ça d’un revers d’une main.

Quelques exemples les plus visibles tout de même : le MCB qui se divise en deux, le RCD avec une partie des ses cadre pour créer le MAK, le FFS l’ancêtre de tous qui se déchire en permanence, avec Da Lhocine qui regarde ça de loin, mais il est vrai que lui on lui demande jamais de partir.

Les exemples dans les communes sont légion :

En agissant de la sorte, on ne fait que donner le bâton pour mieux nous faire fouetter par tous les ennemis de la démocratie, entendez par là, le pouvoir en place et les islamistes de tout bord.

J’ai la nette impression que nous adorons la démocratie dès lors que nous sommes en haut de l’affiche ; le « NOUS » veut bien sûr dire « JE ». Mais dès qu’il s’agit du camarade d’à côté avec lequel nous avons passé des accords, monté un programme, combattu, et parfois même partagé une cellule, on fera tout pour le descendre de son piédestal et ainsi prendre la place du kalife.

Cette image est désastreuse pour notre jeunesse qui non seulement doit tous les jours lutter pour survivre mais en plus n’a plus de représentants dignes de leurs confiance et après on s’étonne qu’elle essaie (la jeunesse) de gagner par tous les moyens l’autre rive de la méditerranée ; parfois ils y laissent leur vie aux requins de toute sorte au sens propre comme au figuré.

Une fois ce constat fait, que faut-il faire maintenant me direz-vous ? Je n’en sais strictement rien à vrai dire et à la limite, ce n’est moi que ça regarde, mais plutôt les citoyens et les citoyennes qui vivent sur place sachant que je suis installé en France et que pour l’instant j’ai choisi d’y rester.

Oh bien sûr tout ce qui touche à mon pays me regarde, mais il faut aussi arrêter de nous mentir à nous même, vous seuls qui êtes sur place vivez ce calvaire quotidien, donc il vous appartient d’apporter des solutions, nous les exilés, nous ne pouvons que vous encourager et être des vôtres quand le combat en vaut la peine, il ne faut surtout pas croire Bush et sa clique pour l’exportation de la démocratie, elle se construit au jour le jour.